Fourni par Blogger.

Journal de pousse : mai & juin 2013

Une belle fourche digne de ce nom !

Je me bats depuis deux mois contre la sécheresse et les fourches. J'ai dû couper plusieurs cm pour éradiquer les pointes abîmées mais je trouve que c'est encore sec et fin au bout !

J'ai mis les bouchées doubles sur les soins nourrissants et surtout hydratants car oui, mes cheveux sont des petits relous qui veulent les deux !

En début de semaine, j'ai fait un masque constitué de deux oeufs, crème fraîche, phytokératine, huile d'olive, huiles essentielles d'ylang-ylang, bois de rose et géranium, fond de pot de R&B de Lush. Un truc costaud, quoi ! Mes cheveux ont a-do-ré. Ils étaient doux, mais doux et brillants comme tout. Ils étaient ravigotés. C'était flagrant.

Hier, j'ai fait un henné neutre mélangé à du bhringaraj, à du lait, deux oeufs, de la phytokératine, un peu d'huile d'olive et quelques gouttes d'huile essentielle de bois de rose. Je trouve que mes cheveux étaient un peu desséchés après. Mon premier masque fut nettement plus efficace.

En gros, ces deux derniers mois, j'ai plus perdu de cm que je n'en ai gagnés mais mon but actuel est déjà de maintenir une belle masse.

Mon rituel de soins spécial plongée sous-marine


Ces dernières semaines ont été consacrées à mon passage du brevet niveau 3 de plongée, qui nécessite beaucoup d'investissement physique et mental. Ce qui explique pourquoi je n'ai pas été très disponible.

Profitons de l'occasion pour parler de ce que je fais pour préserver mes cheveux pendant ces sorties.

En plongée, les cheveux sont soumis à rude épreuve. Ils se dessèchent et s'emmêlent très vite. Entre le vent, les embruns, le soleil, le sel et l'activité en elle-même, on a vite-fait de se retrouver avec un sac de noeuds sur la tête.

Un seul mot d'ordre : protéger.

J'enduis toujours mes longueurs de beurre de karité avant d'aller dans l'eau. Je n'hésite pas à en mettre beaucoup afin de bien gainer les cheveux et j'insiste sur les pointes. Surtout, n'utilisez pas d'huile à la place ! Sous le soleil, vous risqueriez de crâmer vos longueurs et votre cuir chevelu par la même occasion !

Il faut s'attacher les cheveux en essayant d'attraper un maximum de petits cheveux qui deviennent vite gênants une fois sous l'eau parce qu'ils peuvent se coincer dans la jupe du masque (fuite d'eau garantie), se mettre par paquets devant les yeux (une raie ? où ça ? j'vois rien !) ou encore gêner la mise en place de la cagoule.

Je vous déconseille les élastiques trop fins ou avec une attache métallique car les cheveux se prennent dedans et ça fait très mal quand on les enlève (je me suis déjà retrouvée avec une poignée de cheveux arrachée). J'utilise uniquement des chouchous en tissu, le must étant ceux en matière maillot-de-bain qui sèche vite !


Ma coiffure préférée reste la natte africaine ou les deux tresses plaquées sur les côtés. Celles qui n'ont pas trop de longueur peuvent se permettent une simple queue de cheval. Le chignon est boudé des plongeuses car il est très peu pratique : trop haut, il gêne la mise en place de la cagoule ; au milieu, il gêne la sangle du masque et trop bas, il gêne les mouvements du cou (les combinaisons avec cagoule intégrée sont très serrées et du coup, le chignon forme une boule dans la nuque vraiment pas confortable !). Et puis les chignons ressortent toujours en pelote de cheveux complètement emmêlés... Vous l'aurez compris, la natte c'est le top et le chignon, le flop !

Entre les deux plongées de la journée, je les rince et les lave à l'après-shampoing pour ôter le sel et leur offrir un peu de douceur. Quand vient le soir, je les relave au shampoing ou à l'AS, les démêle bien et je laisse poser un soin nourrissant. Ensuite, après le rinçage, j'enduis mes cheveux encore humides d'huile végétale (argan, amande douce, monoï) avec un peu de gel d'aloé vera puis je les laisse sécher tranquillement à l'air libre si la météo le permet.