Fourni par Blogger.

Bilan du mois de février


Mes cheveux avaient bien poussé mais leurs pointes étaient tellement rêches que j'ai fini par couper 3 cm. J'ai mis du temps à me décider car cela m'a faisait perdre 3 mois de pousse environ mais finalement je ne regrette rien puisqu'à présent, mes pointes ont bien meilleure allure ! Elles n'accrochent plus et ont retrouvé de la douceur.

Je me suis coupée les cheveux moi-même et je suis contente du résultat. Je voulais une forme en U derrière et c'est plutôt réussi. J'ai suivi la méthode présentée sur le site d'Habioku. C'est en anglais mais très facile à comprendre et les différentes étapes sont très bien expliquées.

J'entame mon 2ème mois de cure de levure de bière. Le changement de saison se fait sentir, je perds beaucoup de cheveux en ce moment, comme au début de l'automne dernier.

Routine actuelle :
- bain d'huile végétale pendant la nuit avant le shampoing
- shampoing Lavera à la rose
- AS Lavera à la mangue
- eau de rinçage au vinaigre de cidre
- cure de levure de bière

Autant dire que je fais simple et efficace en ce moment.

Gustave Klimt et ses chevelures-serpents

Serpents d'eau II (détail)

Roux flamboyant ou noir de jais. C'est ainsi qu'apparaissent généralement les chevelures chez Gustave Klimt. Pas de demi-mesure dans la couleur. Ces chevelures sont celles du désir, de la sensualité, de l'interdit, de la nuit et de la mort... et offrent à leurs détentrices un écrin à leurs peaux laiteuses. Créatures frêles et délicates qui s'abandonnent et ondulent dans les courants telles des "serpents d'eau", et que leur longue et mouvante chevelure accompagne. Les coiffures sont serties de fleurs et de végétaux comme pour rappeler un printemps sans fin, une nature sauvage et naïve présente autour et en la femme, une promesse à l'amour, aussi.

Le sang de poisson

Ces longues chevelures soyeuses servent aussi à mener le regard du spectateur où le souhaite le peintre. Le spectateur caresse du regard ces cheveux qui caressent la peau de ces femmes. Jeu de regard et de séduction, donc.

Les Gorgones (détail)

Lorsque Klimt décide de représenter ses contemporaines, il le fait avec délicatesse et là encore, il joue du clair-obscur. Ne pouvant représenter ces femmes du monde dénudées, il utilise leurs toilettes pour figurer leurs peaux blanches. Elles disparaissent presque avec le fond, comme un petit brouillard. Leurs cheveux sombres soulignent et contrastent avec le reste pour recréer cette impression de fragilité, d'évanescence. Ils sont le centre d'attention. Mais cette fois, plutôt que dans le désir, nous sommes dans la douceur et la tendresse. 

Portrait de Serena Lederer, 1899
Portrait de sa nièce Hélène

Exception faite pour les deux dernières images ci-dessous où la colorimétrie est inversée. Nous sommes dans le monde de la nuit, les bals et les cafés. Cette fois, les sujets se perdent dans le fond, mais dans un fond noir. Les cheveux se confondent avec le reste et c'est la peau qui est la touche de lumière, le point de mire.
Portrait de Rose von Rosthorn-Friedmann
Dame avec un chapeau et un manteau, 1909

Chez Gustave Klimt, la femme, qu'elle soit réelle ou imaginaire, est une créature délicate et enjôleuse. Sa chevelure abondante souligne sa beauté et restitue au spectateur un avant-goût du paradis perdu.